Horaires de départ des Sorties :

Mardi 8h30 Canet

Jeudi 8h30 Le Pouget

Dimanche 8h30 Paulhan Salle des Fêtes

8h30 Sur le lieu des Randos


Les News

Réunion Mensuelle du club Vendredi 24 Février à 18h30 Salle Louis Sert

Dimanche 19 février 16 cyclos au départ de Paulhan pour se rendre à Fabrègues où a lieu le dernier point café de l'année.

La sortie s'est terminée pour quelques uns à Le Pouget pour rendre visite à Hélène, à qui nous souhaitons un prompt rétablissement et espérons bientôt la retrouver avec nous sur les routes de la région.

 Ce dernier week-end 11 & 12 février, a eu lieu à la salle des fêtes de Paulhan le 3ème Loto organisé par le Cyclo-Club Paulhanais.

De très nombreux joueurs répartis sur les 2 jours sont venus tenter leur chance.

C'est dans une très bonne ambiance que c'est déroulé cet événement .

Un grand merci à nos amis de Paulhan pour leur participation aux diverses tâches du week-end.

Les Photos des deux jours en cliquant sur la photo de gauche.


 Compte Rendu de l'AG du CODEP 34.

 

Samedi 28 Janvier, le comité départemental de l'Hérault organisait son AG à Magalas.

Le bureau, privé de son secrétaire.

Paquita et Swann étaient présents.

Le président du codep nous a fait un compte rendu sur l'année passée. Les comptes sont bons et équilibrés. Un effort a été fait pour les jeunes, les féminines, les randos innovantes, la cyclo montagnarde de Fabriques, les points café.

 

 4 élus ne se représentant pas, un vote a permis d'élire un nouveau bureau.

La coupe codep a eu un franc succès, les 4 premiers se tenant dans un mouchoir de poche.

Notre club a terminé 2ème. Il s'est également distingué :

Paquita qui a participé à toutes à Strasbourg.

Swann (qui fêtait ses 17 ans ce jour là) pour ses 19 randonnées.

La semaine fédérale de Dijon.

La descente de la Loire.

 

 

 Bernard Vieules et Ado pour les 6 Transversales.

Le Cyclo-Club Paulhanais pour avoir fait les 6 transversales dans l'année.

Notre président Ado ne se représentant pas pour un nouveau mandat, a été chaleureusement remercié pour le travail effectué en tant que membre du CODEP 34.

 

 

 

 

 

 

Bienvenue à Axel Offrédi Bernad né le 24 décembre 2016:

3,9 Kg et 51 cm.

Futur membre du Cyclo-Club Paulhanais et qui pourra rouler sur les pas d'Hélène et Ado.

Félicitations aux Parents et Grands-Parents.

Dimanche 29 janvier, par une belle journée d'hiver, avec un beau soleil et après 80 Km,

12 cyclos ont rejoint Vias où le Point Café était organisé.

Sortie matinale du jeudi à Bouzigues avec des températures négatives -4°C, heureusement une petite pause pour se réchauffer au bord de l'étang de Thau.

Dernière transversale Marsillargues - La Salvetat sur Agoût.

 

Lorsque je passe le portail du garage, Bernard est là. Le pin devant la maison s'anime visiblement. Nos phares illuminent le lotissement, nous voilà partis vers la Salvetat. Bernard avec 10 jours d'antibiotiques et moi avec une côte fêlée. Comment cela va t'il se passer ? le vent, contraire comme d'habitude, la nuit encore là, et l'hiver pratiquement arrivé. Nous sommes des fous pour certains, pas nombreux.

On se laissera glisser jusqu’au pont de Canet et tiendrons tête au mistral tout le long de la Salamane en évitant les grosses branches tombées des platanes. Clermont nous abritera jusqu'à Notre Dame du Peyrou où nous mettrons nos phares au repos.

A mesure que nous nous approchons de Bédarieux, le mistral faiblit, pour notre plus grand plaisir et s'effacer le long de la vallée de l'Orb. C'est alors que la fiancée du mistral : la tramontane vient prendre timidement sa place pour ne plus nous abandonner.

L'Orb est beau, son niveau pas trop haut pour la saison et bien visible par l'absence du feuillage. Tout comme le pont de Tarrassac presque jumeau à celui de Le Pouget, que nous partageons avec Canet ...

Nous passons Olargues et attendons ce fameux virage à droite qui va changer notre façon de pédaler. Fini le gros plateau, la grande plaque, bienvenus les petits 30, 28. On s'en fiche nous ne dirons rien !!!...

Le col du Poirier sera notre première difficulté, immortalisé avec le petit village de Maroul en contre bas.

Suivra le col de Font froide où l'on se sentira vraiment en haut d'un grand col. Mais pas beaucoup de monde pour nous parler.

Descente sur Fraisse et direction Lacaune sans savoir pourquoi !!!... L'ivresse de l'altitude ?

Ce n'est pas grave, nous passerons par le col de Frajure, et découvrir le lac de Lauzas.

La faim commence à se faire sentir, aussi la photo à l'entrée de La Salvetat se fera sans répétition.

Au restaurant nos maillots attireront le regard de deux Paulhanais avec qui nous discuterons tout le long du repas. Un bon civet de biche avec des pâtes, une île flottante et un bon café nous remettront à flot pour le retour.

En deux coups de pédale nous joignons Fraisse et découvrons ce que nous avons fait en supplément à l’aller !

La tramontane nous a abandonnés et un petit marin se met à nous retenir.

Nous reprendrons la même route au retour car nos forces ne sont pas trop bonnes. En plus le Mistral a laissé place au marin non je pense plutôt à un pirate qui ne nous quittera qu'en rentrant à la maison.


La nuit sera bénéfique.

 

Départ toujours 7h, sous température hivernale, vers Aumelas. Tout est blanc et le château se dresse au dessus de nous, éclairé par la pleine lune et sans vent. Je le précise !!!...

Nous arrivons à la piste de karting de Grabels ou un serpent de feux rouge nous arrête. C'est le bouchon automobile matinal de Montpellier. A Grabels à vélo on dépasse les autos. C'est ce que nous ferons avant de nous arrêter pour nous réchauffer, pointer et prendre un petit café noir.

Vu la circulation nous décidons de modifier notre circuit vers Claret, Jacou, Vendargues.

Mon dieu qu'il a été difficile de trouver notre chemin !!!...

Sur les cartes oui mais sur place adieu les panneaux. Un seul : Centre ville ! Mais lequel ???...

Un grand coup de colère, on secoue un peu fort nos montures et retour au calme pour décider de passer sur le côté gauche de l'autoroute.

Bien nous en a pris car notre maillot a attiré un cycliste qui a un cousin à Le Pouget. Bien entendu il s'est fait un plaisir de nous conduire jusqu'à Lunel Viel par des routes plates et désertes. Nous le remercions pour nous avoir bien guidés mais le détestons pour le rythme qu'il nous a imposé : jusqu’à 34 km/h.

L'ouragan parti, Marsillargues ne sera plus qu'une formalité.

Midi moins le quart nous profiterons pour visiter le village avec sa longue place bordée de platanes, le resto n'étant dispo qu'a midi pile !!!

Notre repas était excellent mais savoir qu'il fallait refaire le trajet retour !!!... 5h encore et arrivée à la nuit.

Cela ne nous a pas coupé l'appétit, nous avons pris le taureau de Camargue par les cornes et décidé de : Prendre la N113 jusqu'aux panneaux Montpellier hôpitaux. Sitôt dit, sitôt fait.

On roulait à 27, 28 à l'heure quand tout à coup j'ai vu un VTT par terre, le cycliste sur un tas de pierres la tête penchée en arrière la bouche grande ouverte : Accident, agressions, problème cardiaque, autre ?

On se retourne pour porter aide au malheureux. On s'arrête devant lui. Je ne dis rien, mes pensées sont aussitôt arrêtées par :"Putain il est pété comme un coing ce con."

L'homme a fermé sa bouche, levé sa tête pour nous dire qu'il avait bu un café. Je dois avouer que Bernard est un connaisseur !!!!!! Nous l'avons laissé cuver son café. On est reparti sur Grabels pour tamponner notre feuille et boire un dernier café.

La N113 et le contournement de Montpellier ne nous ont pas posés de problèmes les PL de plus de 10t étant interdits.

Notre horaire s'est nettement amélioré, notre retour se fera pratiquement avec 2 heures de moins.

On ne prendra pas de gants pour arracher notre trésorier à son canapé  , ses pantoufles et sa couverture pour qu'il ai l'honheur de nous prendre en photo devant le panneau Le Pouget pour notre 6e et derniere transversale.

Transversale Ganges – Olonzac.

 

Notre départ se fera encore du bureau de tabac de Le Pouget à 7h30. La météo nous a prévu le temps que nous attendions : beau et sans vent. En fait le vent sera faible mais toujours de face. La vallée de l’Hérault sera encore sous la brume lorsque l’on éteindra notre phare au pays de Boby Lapointe.

 

On rejoint Béziers sans personne pour nous encourager, ce qui fait que l’on se perdra à l’entrée et roulerons quelques Km sur une voie rapide.

 

On passera par Boujan, Maraussan, Maurillan, Capestang, Ouveillan et arriverons à Olonzac. La route aura été monotone. Heureusement les Pyrénées nous apparaîtrons blanches et lointaines, notre regard plus haut que leurs sommets. La terre est bien ronde.

 

On ne prendra qu’une photo au panneau d’Olonzac, pour partir au plus vite vers Capestang où nous avons réservé notre repas. Les routes sont plates avec de longues lignes droites, bordant de temps en temps le Canal du Midi et ses platanes dans leurs habits d’hiver .

L’eau est calme et la canal désert, la nature retrouve ses droits.

 

Nous décidons de traverser Béziers par le centre  ville. Nous passons sur le pont neuf, sous la cathédrale, par les allées Paul Riquet et arrivons sur la route de Pézenas en évitant cette fois la voie rapide.

 

Nous nous retrouvons sur les bords de l’ancienne N113, les applaudissements de jolies filles toujours en tenue très sexy.

 

Je ne sais si les encouragements nous ont dopés mais nous sommes arrivés au Pouget à 16h et une moyenne supérieure à 25km/h.

 

Après une courte nuit de sommeil, nous revoilà devant le bureau de tabac, phares allumés. Notre impression est bonne, il fait froid et brouillard le long de l’Hérault et Gignac : Pascal ne sortira pas ce matin !!!...

 

Nous éteignons nos phares et commençons à nous réchauffer dans la côte de Puéchabon où nos ombres deviennent gigantesques grâce aux rayons de soleil à l’horizontale. Etant samedi, pas de camions sur notre route. A Viols le Fort, le froid nous pénètre et dans la descente de St Martin de Londres, la route est verglacée sur 50m, crispés sur nos vélos nous avons traversé ce point critique sans chute. Cette fois la campagne est blanche et le Pic St Loup presque effacé du tableau.

 

Au café de St Martin de Londres, on rencontrera des amis de Bernard qui nous encourageront pour grimper le Col de la Cardonille. Pas pour la descente où nos compteurs friseront le 70 Km/h. On s’arrêtera à La Roque d’Anthéron pour prendre une photo de celle ci sous les rayons du soleil levant et des murs de l’église où sont gravés les hauteurs d’innondations les plus fortes. Arrivés à Ganges, on s’offrira un petit ravito après avoir pris la pose devant le panneau de la ville. Un petit coup de fil à nos épouses pour dire que tout va bien et que nous rentrons. On contournera une roue à aubes au milieu d’un rond point pour passer sur la rive droite de l’Hérault. Cazillac, Brissac, le Pont d’Issensac et nous écarter du fleuve pour monter au Causse de la Selle. Une longue descente nous permettra de le retrouver après un dernier virage à droite. Nous voilà dans la vallée touristique d’été de St Guilhem avant les derniers km pour retrouver Le Pouget par Aniane, Gignac, St Bauzille de la Sylve où notre ami Bernard percera son pneu arrière. Hélène nous a pris en photo à l’entré du Pouget il était 13h01, notre 5ème transversale en poche.

Claudine a participé  au 10ème Marathon de Toulouse le 23 octobre 2016.

Elle a couru les 42,195Km en 04h58'57" et termine

1ère de sa catégorie :

Toutes nos félicitations.